Brève biographie

Pascal Aubier est né à Paris pendant la guerre.

Etudes de Philosophie, Anthropologie et Langues Orientales à la Sorbonne et aux Langues’O (l'I.N.A.L.C.O.)

Commence à travailler sur des films en parallèle dès l'âge de 19 ans.

Avec son camarade de Lycée Barbet Shroeder qui produit PARIS VU PAR en 1963/64, il devient sur ce film, l'assistant de Claude Chabrol, Eric Rhomer, Jean Rouch, Jean-Daniel Pollet et de Jean-Luc Godard avec lequel il travaillera sur d'autres films tels que PIERROT LE FOU et MASCULIN FÉMININ.

Après avoir pensé être pendant sept ans, un apprenti ethnologue qui faisait du cinéma en dilettante, il réalise soudain qu'il est plutôt un apprenti cinéaste qui fait de l'ethnographie en dilettante. Ces vocations cependant l'inspirèrent tout autant même s'il ne réalisa jamais qu'un seul film ethnographique parmi la soixantaine de courts et longs métrages, documentaires et fictions qui constituent aujourd'hui son résultat cinématographique. L’ethnologie est un regard sur la vie des hommes, disons simplement, le cinéma aussi.

En outre, au cours du temps, Pascal Aubier est apparu dans un certain nombre de films de différents formats, le plus souvent réalisés par des amis. Il faisait l’acteur. Etant bien entendu qu’il n’a jamais été acteur, ce qui est tout autre chose. Et là, il en connaissait un rayon de cette autre chose, sa mère Zanie Campan ayant été elle même actrice. Essentiellement au théatre et plus particulièrement au Théatre National Populaire (T.N.P.) sous la direction de Jean Vilar, dans les bonnes années 50.

Pascal Aubier réalise ses premiers Courts Métrages dès 1965, et ses Longs Métrages, fictions et documentaires à partir de 1970. Il obtint de nombreux prix professionels dont le Prix Jean Vigo en 1973.

Josette Barnètche est son assistante depuis 1973 et Ann Chakraverty l’a chakraverté entre 1984 et 1994. Patrice Pouget (Image) (1941 – 1971), Alix Comte (Son) (1933-1994), Armand Jadfar (Image) (1962-1991) et Jean-Jacques Flori (Image) (1928-1997) furent ses principaux collaborateurs et amis. Il a beaucoup monté ses films avec Dominique Gallieni, Evelyne Kavos, Elisabeth Kapnist, Isabelle Rathery et Dominque Roy (1943-2004), qui fut aussi sa cousine préférée.

De 1996 à 2003, Pascal Aubier est invité à enseigner la Mise en Scène dans trois universités de l’autre monde : aux États Unis et à Cuba. À la faveur de ces années d'enseignement exilaire, il réalise une vingtaine de courts métrages.

Bernadette Lafont salue Pascal Aubier dans l'Humanité le 26 juin 1991 Aubier le Surréaliste : « Pascal , béni des dieux, puisque les amis de ses parents, comédienne et éditeur, s'appelaient : Michel Leiris, Francis Ponge, Tristan Tzara, Picasso, Braque, Léger ; Pascal, qui a entendu dans son berceau la lecture du Désir attrapé par la queue de Picasso, a eu une éducation artistique car, à l'époque, c'était les artistes qui s'occupaient de l'art. Le regard qu'il portait sur les faits de la vie quand je l'ai connu en 1965 ... étaient plein de fantaisie, d'imagination, de cocasserie et toujours, d'une grande tendresse. » Lire l'article sur www.humanité.fr

Brève biographie

  • Parcours

Autres états de service

Assistant réalisateur

1962-1967 - Pour Jean Daniel Pollet, Jean Luc Godard, Eric Rhomer, Claude Chabrol, Jean Rouch, Conrad Rooks, etc.

Editeur

1991 - Pour la collection Signe de Piste (Fleurus) :
- Marie O’Neil : Arwagar cheval Mongol

- Léodnid Minor : L'été commence demain

Publications

Articles pour différentes revues, telles que Les Cahiers du Cinéma, La Revue Française de Psychiatrie, Che Voi ?, Primitif, Paris Match, etc.
Un livre publié chez Yellow Now : Les mémoires de Gascogne en 1996